les effets speciaux demystifies

Qu’est-ce que les mots « effets spéciaux » vous évoquent ? Un effet wow ? Un film grandiose que vous avez vu dernièrement ? Des explosions… des scènes d’action… du fantastique… comme nous en voyons dans les grandes productions comme Star Wars, Avatar ou Avengers ? Ou bien encore que c’est « arrangé avec le gars des vues »… (pour utiliser une expression que j’ai souvent entendu au Québec…) 🙂 Est-ce que cela donne la perception que c’est plutôt inaccessible d’avoir des effets spéciaux dans vos propres vidéos ?

Bien entendu, les effets spéciaux c’est tout ça… et en même temps les effets spéciaux peuvent être simples… aussi simples qu’une image (votre logo par exemple) qui arrive au bon moment dans votre vidéo, vos mots clés qui surgissent au fur et à mesure que vous les prononcez ou votre nom qui apparaît en bas de l’écran (ou même dans le haut si c’est ce que vous voulez).

Changement de perception maintenant : il n’est pas nécessaire de filmer une scène en faisant des acrobaties sur fond vert avec une équipe de tournage complète… pour ensuite mobiliser quelques techniciens en effets spéciaux. Oui, changeons notre perception : les effets spéciaux peuvent autant faire ressentir un effet wow avec leurs visuels époustouflants qu’ils peuvent être simples et accessibles dans vos propres vidéos.

Avant d’élaborer plus sur le sujet, clarifions les mots « effets spéciaux » : Wikipedia dit que les effets spéciaux sont des techniques utilisées au cinéma pour créer l’illusion d’actions et simuler des objets, des environnements, des personnages ou des phénomènes qui n’existent pas dans la réalité ou qui ne pourraient pas être filmés au moment du tournage. On parle aussi de trucages.

Prenons l’exemple de votre nom qui apparaît en bas de l’écran : j’ai beau essayé lors du tournage, je n’arrive pas à le filmer ce nom… j’ai donc pris l’habitude de l’ajouter en post-production (lors du montage) avec le logiciel que j’utilise pour créer les fameux effets spéciaux. Votre nom peut apparaître en blanc, en bleu, en rouge… arriver de n’importe quel côté, apparaître une lettre à la fois, vite ou lent, avec le type d’écriture que vous voulez, de la grosseur que vous le voulez, mixé avec du bruitage même… bref, il y a autant de façon de faire apparaître votre nom que vous avez d’imagination et toutes ces façons, je considère que ce sont aussi des effets spéciaux… 🙂 J’ai pris l’exemple de votre nom qui apparaît, imaginez maintenant votre logo, une image ou les mots clés qui surgissent lorsque vous les nommez… la façon dont ces éléments arrivent à l’écran sont aussi des effets spéciaux ! Il y en a des grandioses et il y en a des simples…

Je me suis permis de préparer quelques exemples de « votre nom » qui apparaît dans une courte vidéo de 23 secondes, juste pour m’amuser :

 

 

Comment vous y prendre pour avoir des effets spéciaux dans vos propres vidéos ?

Concentrons-nous maintenant sur les effets spéciaux simples et accessibles… Comme nous l’avons vu un peu plus haut, votre nom qui apparaît, votre logo qui arrive ou les mots clés qui surgissent au bon moment sont des effets spéciaux qui sont faits en post-production (lors du montage) avec des logiciels spécialement conçus pour ça. Pour ma part, j’utilise Adobe After Effects qui est un logiciel pro avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de possibilités… (j’ai même hésité à ajouter un quatrième « beaucoup » dans ma phrase tellement il y a de possibilités) 🙂

Il y a bien entendu des logiciels plus simples aussi, comme ceux de base pour les montages Movie Maker avec Windows et iMovie avec Mac, qui sont des logiciels qui (au moment d’écrire cet article) sont gratuits avec leur plateforme respective, soit Windows ou Mac.

Ces logiciels de base permettent d’ajouter du texte (comme votre nom), des images (comme votre logo), des éléments sonores, des effets de transitions entre les scènes… euh Steph… des effets de transitions ? C’est quoi cet affaire-là ? Disons que vous avez une prise de vue où vous êtes debout dans votre bureau suivi d’une prise de vue où vous êtes à l’extérieur de votre bureau (ce sont des exemples, vous pourriez très bien avoir filmé un objet pour ensuite vouloir montrer à l’écran vous-même qui explique le fonctionnement dudit objet…). Bref, c’est entre les deux séquences que nous appliquons une transition ou un effet de transition, comme un fondu en noir, un fondu en blanc ou un fondu en étoile par exemple… (Ah non ! Oubliez le fondu en étoile, évitez de faire ça ! Ce n’est plus très… tendance. Et entre nous, est-ce que cela l’a déjà été ?) 🙂 Dans la plupart des logiciels de base, vous pouvez faire tout ça… de base. Il y a des effets prédéfinis autant pour les éléments de texte que pour les effets de transitions. N’est-ce pas merveilleux ?

Pour l’ajout de votre logo par exemple, il suffit d’importer votre fichier image, de l’ajouter sur la « timeline » (la barre de temps où vous effectuez votre montage) exactement où vous voulez voir apparaître votre logo, faire quelques réglages et le tour est joué. (un prochain article verra en profondeur l’importation d’une image dans un logiciel)

  • Astuce pour votre image : utilisez un fichier .png qui permet la transparence. De cette façon vous éviterez d’avoir un carré blanc tout autour de votre logo comme l’on voit avec un format .jpg, surtout si celui-ci apparaît par dessus votre vidéo. (votre vidéo est en arrière plan)

Idem pour les éléments sonores (musique, bruitage, voix…), simplement les importer et les glisser dans la « timeline » sous la zone désirée de votre vidéo… (un prochain article verra en profondeur les éléments sonores et musicaux)

effets spéciaux timeline-stephane-lecault-production-video-capsule-effets-speciaux

Bien entendu, il y a plusieurs options et façons de faire pour que vos effets spéciaux soient de plus en plus fluide d’une vidéo à l’autre. Pour y arriver voici 4 actions concrètes que vous pouvez appliquer :

  1. développez votre expérience avec votre logiciel (plus vous l’utiliserez, plus vous le maîtriserez)
  2. faites des tests, plein de tests (cela peut être perçu comme une perte de temps pour certains, je le vois plus comme un investissement pour le point 1 en plus de découvrir par vous-même tout plein de résultats) 🙂
  3. suivez des tutoriels (mode d’emploi) sur YouTube ou dans des blogues (il y a beaucoup de tutoriels sur pratiquement tous les sujets)
  4. inscrivez-vous à une formation concrète sur un logiciel précis (et oui, retournez sur les bancs d’école… mouhahahahaha)

Plus vous avancerez sérieusement dans la grande, merveilleuse, extraordinaire, époustouflante aventure qui est d’avoir et faire vos propres vidéos (bon, les vidéos sont une passion pour moi, je me suis même retenu d’ajouter plus de synonymes) 🙂 …comme je disais, plus vous avancerez sérieusement, plus vous vous dirigerez vers de nouveaux logiciels plus performants. Personnellement j’utilise Adobe Premiere Pro pour les montages et Adobe After Effects pour les effets spéciaux. (je crois l’avoir dit plus haut…) 🙂

 

Encore plus loin dans la créations d’effets spéciaux

Pour ceux et celles qui sont rendus plus loin et qui veulent en savoir plus, la création d’effets spéciaux est pratiquement aussi illimité que le veut votre imagination. Vous pouvez l’imaginer, vous pouvez le faire… cela dépend de votre ambition et de ce que vous voulez vraiment. C’est comme jouer du piano, la majorité des gens peuvent se débrouiller pour interpréter Frère Jacques. Par contre, jouer un morceau comme Moonlight Sonata de Beethoven demande du temps, de la patience, de la persévérance, de la pratique… vous me suivez ? C’est la même chose avec les effets spéciaux.

Pour ceux d’entre vous dont le morceau Moonlight Sonata de Beethoven ne dit rien, voici ma version « abrégée » que j’ai fait juste pour m’amuser :

 

 

Puisque j’utilise personnellement le logiciel Adobe After Effects pour créer mes effets spéciaux, je vous parlerai des possibilités dans ledit logiciel. 🙂 Il est fort probable que d’autres logiciels puissent aussi permettre tous les types d’effets… Dans le logiciel Adobe After Effects, il y a plusieurs « plugins » (des modules d’extensions) qui permettent de paramétrer toute sorte d’effets. Faire tomber de la neige en pleine saison estivale avec un « plugin » qui s’appelle Trapcode Particular de Red Giant, présenter un combat épique aux sabres laser avec le « plugin » Saber de Video Copilot ou créer un plancher qui se transforme en lave de volcan… aussi illimité que votre imagination comme je disais ! 🙂

Bon, revenons sur terre un peu… j’entends tout plein de gens lever le ton en me disant : « Steph ! Calme-toi ! Je ne mettrai pas des combats de sabres laser dans mes vidéos professionnelles… je veux être crédible quand je présente ce que j’offre à mes clients ! » Et ces gens ont absolument raison de leur point de vue…

La beauté de la chose, c’est que vous avez toute la latitude pour créer et intégrer les effets spéciaux que vous voulez vraiment dans vos vidéos : de votre nom qui apparaît, en passant par l’arrivée de votre logo avec un effet subtile jusqu’à un combat épique de sabres laser si le coeur vous en dit. En gros, ce que je veux dire c’est que vous avez totalement carte blanche et avec un logiciel plus poussé comme Adobe After Effects les possibilités sont infinies.

Pour ma part, je crée des effets spéciaux juste pour m’amuser… même dans les vidéos que je présente à ma clientèle. Visionnons donc un exemple. 🙂

 

 

Filmer sur un fond vert – ça fonctionne comment ?

Le fameux fond vert… (ou bleu même pour certaines scènes) Aujourd’hui, la grande majorité des productions cinématographiques ont des scènes sur fond vert ou bleu, des studios complets transformés en « studio vert ou bleu » ! Prenons les exemples des films produits par les studios Walt Disney (je parle des films contenant des humains, pas les films animés) : Alice Through the Looking Glass, The Jungle Book, Pirates of the Caribbean par exemple ont tous été tournés sur fond vert.

En vidéo, ce sont les trois couleurs primaires qui sont utilisées, soit sont le rouge, le vert et le bleu, et c’est à partir de ces couleurs que sont créées toutes les autres. Et comme le vert est la couleur la plus éloignée de la couleur de la peau, que c’est une couleur lumineuse et qu’elle génère moins de bruit sur les capteurs numériques (le capteur numérique est ce qui transforme la lumière reçue en signal électrique qui lui, fournira ensuite l’image), c’est donc le fond vert qui prédomine. (le bleu fait un bon travail aussi, mais le vert est plus efficace)

La base, la chose la plus importante, ce qui est le point crucial à se souvenir avant tout pour bien réussir vos effets spéciaux avec fond vert : l’éclairage au moment du tournage !!! Vous devez faire en sorte que votre fond vert soit éclairé de façon uniforme, le moins de zone sombre, le moins de zone claire. Uniforme le plus possible… Privilégiez une lumière diffuse plutôt qu’une lumière dure. La lumière diffuse est une lumière voilée et produit très peu d’ombre, ce qui est exactement ce que nous voulons pour éclairer le fond vert. La lumière dure, quant à elle se caractérise par les ombres, beaucoup d’ombres et des ombres très fortes et ce n’est pas ce que nous voulons.

Votre sujet maintenant… et par sujet je veux dire ce que vous filmez, disons vous, votre produit ou… un moustique. 😮  Voici 3 règles à respecter :

1. Utilisez l’éclairage en trois points.

  • la lumière principale (key light) plus ou moins en avant droite du sujet et légèrement un peu plus haut
  • la lumière de remplissage (fill light) plus ou moins en avant gauche du sujet et légèrement un peu plus loin ou moins forte que la lumière principale
  • la lumière contre jour (back light) à l’arrière du sujet, très important pour tournage sur fond vert, ce qui va permettre de décollé le sujet du fond

effets spéciaux eclairage-trois-points-stephane-lecault-production-video-key-light-fill-light-back-light

2. Éloignez votre sujet du fond vert.

  • S’il est trop prêt, il pourrait y avoir des reflets sur celui-ci et… vous travaillerez plus lors de l’incrustation. (procédé qui consiste à intégrer dans une même image des objets filmés séparément – bref, mettre un décor à la place de votre fond vert derrière vous lors du montage)

3. Évitez à tout prix d’avoir du vert sur votre sujet…

  • « Ben là Steph, mon plus beau chandail est vert ! » Et bien oubliez ça… sauf si vous souhaitez avoir une tête qui flotte dans les airs. Lors de l’incrustation, tout ce qui est vert dans l’image disparaîtra… mouhahahahaha

 

Un peu de culture : d’où nous vient les effets spéciaux ?

Aujourd’hui reconnu comme le père des effets spéciaux et le créateur du premier studio de cinéma, Georges Méliès découvre par hasard le premier effet spécial de l’histoire vers la fin des années 90… 1890… 🙂 Alors qu’il filme un omnibus, la manivelle de sa caméra se bloque. Le temps de réussir à arranger le tout, l’omnibus était partie et un corbillard était exactement où était l’omnibus. Méliès visionne le résultat de ce qu’il a filmé et, puisque la caméra n’avait pas bougée pendant l’interruption, que le décor est exactement le même, il constate que l’omnibus se transforme subitement en corbillard. Heureux hasard, cet anecdote véritable est considéré comme le premier effet spécial de l’histoire : l’arrêt de caméra pour remplacer un objet par un autre objet subitement…

 

Pourquoi avoir des effets spéciaux dans vos vidéos ?

Des effets spéciaux… Pourquoi réaliser des effets spéciaux ? Pour captiver, pour émerveiller, pour en mettre plein la vue, pour rendre une vidéo intéressante… et aussi pour s’amuser ! 🙂

 

À bientôt…

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *